N'djamena : Ne faudrait-il pas aussi rendre les villes FDAL (Fin à la Défécation à l’Air Libre)

Lorsque vous voyagez sur l’axe N’Djaména Moundou, des plaques pas très commodes en soi mais reflétant une réalité honteuse, sont alignées le long de cette voie. Elles indiquent que tel village est FDAL, c’est-à-dire a mis fin à la défécation à l’air libre en son sein. Une chose insolite mais pleine de sens car dans ce village, tout le monde a des latrines et l’entretient quotidiennement. par Djimte G. Salomon (Presse), le 10/20/2017 7:27:02 PM

Presse Tchadienne


Un rapport du programme eau et assainissement intitulé « Impacts économiques d’un mauvais assainissement en Afrique (WSP) » de Mars 2012, affirme qu’environ 19.000 tchadiens, notamment 15000 enfants de moins de 5ans meurent chaque année de diarrhée. Ces décès sont à presque 90 % directement attribués à l’impureté de l’eau et au manque d’assainissement et d’hygiène (WASH) ».
En 2009, l’enquête sur la Consommation et le Secteur Informel au Tchad EDST2 révèle que 69,1 pourcent de ménages Tchadiens n’ont pas de toilettes et utilisent la nature comme lieu d’aisance. Dans 18,9% des cas, les ménages utilisent des trous dans la parcelle comme lieu d’aisance, 8,7% des latrines améliorées et seulement 3,3% qui disposent des WC (internes ou externes) avec chasse eau. L’analyse selon le niveau de vie révèle que les ménages pauvres sont relativement plus nombreux à ne pas disposer de WC que les non pauvres (77,3% contre 62,2%) et 1,6 fois moins proportionnellement à disposer de WC modernes avec chasse eau (3,9% pour les non pauvres contre 2,5% pour les pauvres).
Une telle performance est dangereuse pour la santé de la population et surtout des enfants qui sont exposés aux maladies liées à l’eau.
Le Programme Eau et Assainissement annonce que le Tchad perd 79 milliards de FCFA chaque année à cause d’un mauvais assainissement. Cette étude révèle aussi que 2.7 millions de Tchadiens utilisent des latrines insalubres ou partagées et 6,7 millions d’autres n’ont pas de latrines du tout. La défécation en plein air coûte au Tchad plus de 114 million $EU par an et l’élimination de cette pratique nécessiterait la construction et l’usage d’au moins 1.5 million de latrines, affirme le WSP.
Quelques efforts ont été faits mais le défi reste grand car certaines considérations sociologiques font que la défécation à l’air libre a de beaux jours devant elle. Dans la plupart de nos villages, aller se soulager est traduit par « aller à la lisière de la brousse » ou « derrière les cases ». Ce qui fait allusion ici à la notion de plein air. Et sans moyen de désinfection des latrines, très peu de gens acceptent de supporter ces odeurs et mouches qui se dégagent des latrines construites dans la concession.
Certaines ONG ont récemment adopté une autre technique de lutte contre la défécation à l’air libre en introduisant l’Approche Totalement Piloté par les Communautés (ATPC) qui est choquante mais efficace.
« Nous avons adopté l’approche ATPC parce que nos efforts à travers les latrines subventionnées ne réussissent pas souvent. Et même pendant les sensibilisations, nous avons compris que les partenaires communautaires n’étaient pas très intéressés car ils avaient déjà leur opinion sur l’usage des latrines. L’approche ATPC choque et oblige les gens à prendre une décision » explique Arsène Nabedje, promoteur de l’approche dans une ONG
En général, les latrines étaient perçues comme les vraies solutions au détriment du changement de comportement. Les communautés comptaient souvent sur les subventions pour creuser leurs latrines. L'accent était mis sur la construction de latrines, avec la technologie déterminée par des ingénieurs étrangers sans connaissance du contexte et surtout le non implication des bénéficiaires.
L’ATPC commence par l'analyse de la situation de la défécation en plein air et ses conséquences (maladies, les coûts et les frais médicaux, etc.) lors d’une réunion. La tâche principale de l'ATPC est de faciliter un processus par lequel les gens sont amenés à réaliser leurs propres latrines et accepter volontairement et ouvertement d’arrêter la défécation à l’air libre.
Après ma retraite, j’ai vécu sans latrines ici pendant 7 ans. Nous déféquions de l’autre côté du goudron dans la broussaille. Notre village a été sensibilisé et maintenant les gens ne se soulagent plus autour des cases », explique Halamou Maurice, un sexagénaire vivant à Gournaida, au bord de l’axe Moulkou -Bongor.
”Nous avons tenu une réunion et tout le village a pris la décision que chaque famille doit avoir ses latrines. Notre village a aussi un grand marché qui se tient chaque vendredi et nous savons que les gens qui y viennent parfois défèquent autour de ce marché. Cette pratique est interdite depuis notre formation. Nous avons choisi trois personnes de notre village qui surveillent les récalcitrants », explique Kari Issa chef de village de Gournaida.
L’ATPC est provocateur. Il se focalise sur l’éradication de la défécation à l’air libre comme premier pas essentiel dans le changement de comportements. Il permet aux bénéficiaires d’établir leur propre profil sanitaire à travers une évaluation, observation et analyse de leurs pratiques de défécation à l’air libre et les possibles conséquences. En général, cela provoque de sentiments de honte et de dégoût qui déclenche le désir d’arrêter aussitôt cette pratique.
« Quand le contrôle de latrines est passé chez moi et qu’il a été découvert que mes latrines était pleine, j’avais eu honte car cela signifierait que je défèque à l’air libre », annonce Gomboga Abdoul, une veuve du village.
L’assainissement Total piloté par les communautés est essentiellement basé sur le changement de comportement. Les populations qui l’ont adopté ont cessé de déféquer à l’air libre et se lavent les mains avant et après toutes actions ou manipulations d’aliments. Le traitement de déchet animal et domestique aussi en font partie.
L’ATPC a été lancé en fin de l’année 1999 par le Dr. Kamal Kar qui menait une mission d’évaluation pour le compte d’une ONG britannique. Cette approche remet en cause la croyance que la subvention en matériel de d’assainissement externe pouvait être une source de motivation pour l’arrêt de la défécation à l’air libre. La prise de conscience collective de la communauté des dangers de la défécation à l’air était importante pour cette motivation.
Le gouvernement Tchadien ne pourrait-il pas adopter une telle approche pour faire en sorte que la mortalité infantile puisse décroître dans le pays ?

Connectez-vous à Facebook pour commenter!



Contact : Bellevue WA, Toll-Free : 1 (844) MEKONEC (635-6632) Email : info@mekonecampus.org


Presse Tchadienne



politique : Tchad : Idriss Déby Itno limoge de hauts responsables politiques et militaires dans le nord Lire la suite !

Presse Tchadienne

En visite dans le nord du pays, le président tchadien Idriss Déby Itno a limogé de hauts responsables politiques et militaires de cette région où les inquiétudes sécuritaires sont grandes. par Jeune Afrique avec AFP (Jeune Afrique), le 10/6/2017 7:57:37 PM

economie : Dossier CNRT : une caisse des retraités désarticulée Lire la suite !

Presse Tchadienne

La situation des retraités tchadiens n’est nulle part comparable dans aucun pays du monde. Ils sont traités sans égard par l’Etat qui paye régulièrement les fonctionnaires, mais refuse de verser à la Caisse nationale des retraités du Tchad (Cnrt) les cotisations des retraités qui se chiffrent à 17 milliards au Trésor public, faisant subir à cette frange vulnérable de la population, de dures épreuves avec trois trimestres d’arriérés de pension. Mais le peu de ressources générées par la Cnrt sont englouties par d’importants frais de fonctionnement avec un personnel pléthorique et inefficace et un conseil d’administration dont les membres s’accordent des jetons de présence dignes des grandes sociétés. par DIEUDONNE MONOMAL, STEVE DJENONKAR (N'djamena bihebdo), le 9/25/2017 7:19:25 PM

Presse Tchadienne

1 844 MEKONEC

caricature : PND, c'est pour nous, les 20 milliards, c'est pour nous! Lire la suite !

Presse Tchadienne

PND, c'est pour nous, les 20 milliards, c'est pour nous! par PTD (Presse), le 9/25/2017 7:30:15 PM

Consultez toutes nos caricatures !